province de l'Anhui

Fiche Technique

Anhui Carte

Nom : Anhui

Nom chinois : 安徽

Statut : province

Capitale : Hefei

Population : 60 298 000 hab. (2013)

Superficie : 139 400 km²

Située en Chine de l’est autour des bassins du Yangzi Jiang (fleuve Yangtsé) et du Huai He la province de l’Anhui est l’une des plus petites régions de Chine et a longtemps été l’une des plus pauvres avant de connaître un essor économique avec le développement de l’agriculture.

L’Anhui s’est aussi fait une petite réputation au niveau touristique grâce aux célèbres montagnes jaunes, ses magnifiques lacs et ses villages anciens traditionnels.

Histoire

Les limites provinciales, fixées sous l’administration qing, sont restées les mêmes, à l’exception de quelques changements opérés à la lisière du Jiangsu. L’Anhui septentrional fait partie de la plaine de la Chine du Nord, où les Chinois s’implantèrent en masse sous la dynastie han. Le Yangtsé traverse son quart méridional. La région plus au sud, quant à elle, ne fut pas habitée avant les VIIe et VIIIe siècles.

Dans les années 1850, le lit du fleuve Jaune se déplaça de plusieurs kilomètres au nord, ce qui provoqua une pénurie d’eau dans le bassin du Huai He. Le manque d’eau associée à la révolte des Taiping fut une catastrophe pour l’agriculture de la province.

Aujourd’hui

Depuis les travaux d’irrigation, de grands progrès ont été fait au niveau de l’agriculture. Désormais, les plaines offrent une surface suffisante pour accueillir les cultures de riz, augmentant ainsi la récolte et par conséquent les revenus des familles rurales.

Cette province encore pauvre, d’où sont originaires de nombreux « ayi » et « baomu » (employés de maison), dévoile cependant des paysages spectaculaires. La région sud, appelée Wannan, est le berceau de la culture de Huizhou qui s’étend, au-delà de la frontière, au nord-est du Jiangxi. L’Anhui, en grande partie épargné par le développement frénétique et industrielle permet d’échapper au tumulte et à la poussière des constructions.

Le Yangtsé (Chang Jiang), qui traverse la province, inonde parfois les basses terres. Par chance, les sites les plus remarquables se concentrent dans un petit secteur du sud provincial profond, où il est facile de se déplacer. Les voyageurs gravitent naturellement vers la région montagneuse bien arrosée, qui offre un contraste saisissant avec les plaines septentrionales arides, voisines du Henan et du Shandong.

Le sommet le plus célèbre de Chine, le Huang Shan (Montagnes jaunes), aux panoramas drapés de brume, a fait l’objet de nombreux beaux livres. Renommé pour ses brouillards irréels d’où émergent des formations granitiques, il allie à sa beauté naturelle l’aura de la montagne bouddhique voisine, le Jiuhua Shan, l’un des lieux de pèlerinage les plus sacrés de Chine.

L’architecture ouvragée de Huizhou visible à Yixian et à Shexian parachève le tableau. Tunxi constitue une bonne base pour élucider les secrets taoïstes du Qiyun Shan et découvrir le charme de Hongcun, Xidi, Shexian et d’autres villages authentiques de la région.

Climat

Le climat, de type subtropical humide est caractérisé par des étés chauds et humides et des hivers froids avec quelques pluies printanières et estivales provoquant parfois d’importantes inondations.

Juillet et aout sont les mois les plus chauds avec une température moyenne avoisinant les 30°C. C’est aussi la période où les pluies sont les plus abondantes.
Janvier est le mois le plus froid avec une températures pouvant descendre à -1°C.

Quelle que soit la saison, il est toujours préférable d’emporter des vêtements de pluie et une veste chaude pour les promenades en montagne. La beauté naturelle de l’Anhui n’en sera pas moins impressionnante d’une saison à une autre, chacune d’elle lui offrant un nouveau visage dépaysant.

Comment se rendre dans l’Anhui ?

Pour la plupart situés dans le sud de la région, les sites historiques et touristiques sont plus facilement accessibles de Hangzhou ou de Shanghai que de la capitale Hefei.

Les sites les plus intéressants de l’Anhui sont aisément accessibles depuis Tunxi, dans le sud, qui est reliée par la route et par le train avec le reste de la province et par les airs avec d’autres villes chinoises.

La région en elle même est bien desservie par des bus qui vous emmènera pour trois fois rien sur les lieux les plus touristiques.

Langues

La plupart des habitants parlent mandarin. Dans les régions méridionales, le dialecte hui (Hui Yu), langue de la minorité musulmane persiste encore et peu être entendue surtout par les plus âgés.

Que faire dans le Anhui ?

  • Gravir le Huang Shan, la plus belle montagne de Chine, entourée d’une mer de nuages.
  • Percer les mystères bouddhiques du Jiuhua Shan.
  • Admirer l’architecture de Huizhou à Shexian et le charme portuaire de Yuliang, un village voisin.
  • S’offrir l’ascension du Qiyun Shan, à la poursuite de panoramas fabuleux.
  • Faire un saut dans le passé en découvrant le charme et l’authenticité de l’architecture des villages Hongcun et Xidi inscrits sur la liste du patrimoine mondiale de l’Unesco.

Les Villes de l’Anhui