municipalité de Chongqing

Fiche de Chongqing

Carte de Chongqing

Nom : Chongqing

Nom chinois : 山城 (Shānchéng)

Statut : Municipalité autonome

Population : 32 800 000 hab. (2010) – Ville + agglomération

Superficie : 82 401 km²

 

Chongqing est la plus grande municipalité du sud-ouest de la Chine. Ville portuaire moderne, elle partage ses frontières avec le Hubei, le Hunan, le Guizhou, le Sichuan et le Shaanxi. Comme les autres municipalités, Chongqing a su maintenir un développement économique rapide tout en préservant un environnement naturel magnifique. Chongqing est en effet sur un terrain ondulé qui englobe une multitude de réserves d’eau, de ressources minérales, de forêts denses ainsi qu’une faune abondante. La ville attire de plus en plus de visiteurs chinois et étrangers notamment avec la croisière sur le fleuve Yangtsé avec laquelle les voyageurs peuvent profiter en aval des impressionnants Trois Gorges.

Histoire

En 1996, des outils de pierre mis au jour dans les vallées du Yangtsé (Yangzi Jiang) ont prouvé que la région était déjà peuplée il y a deux millions d’années, soit un million d’années plus tôt qu’on ne le pensait.

La ville s’appelait initialement Gengzhou, avant que l’empereur Zhaodun de la dynastie Song la baptise Chongqing, qui signifie « double allégresse » ou « double fortune ».

Chongqing devint un port ouvert aux étrangers en 1890. Peu d’entre eux cependant remontèrent le fleuve jusqu’à ce poste avancé, et ceux qui le firent ne jouèrent pas un grand rôle.

Un programme d’industrialisation fut mis en place en 1928, mais Chongqing ne devint un centre important qu’après l’invasion japonaise, lorsque le Guomindang en fit sa capitale de guerre. De 1938 à 1945, des réfugiés affluèrent de tous le pays portant la population à plus de deux millions d’habitants. La plupart des lieux à visiter de Chongqing datent de cette époque.

C’est à Chongqing que sous le patronage de dirigeants militaires du Guomindang, des représentants du Parti communiste chinois servirent d’intermédiaires entre le Guomindang et le QG communiste de Yan’an dans la province du Shaanxi. Les effort répétés pour réunir les deux partis en un seul front contre les japonais échouèrent, principalement à cause de la méfiance mutuelle et de l’obsession de Tchang-Kaï-Chek d’éliminer les communistes.

Chongquing a longtemps revendiqué un statut spécial, comparable à celui de Shanghai. En 1997, elle n’a pas tout à fait obtenu gain de cause, mais les trois comtés urbains se sont séparés du Sichuan pour devenir une municipalité spéciale, placée sous l’administration directe du gouvernement central.

Elle a investi des milliards de Yuans dans son développement et connait aujourd’hui un boom de construction sans précédent.

On y découvre ainsi des bâtisses à l’architecture futuristes comme le célèbre Grand Théâtre de Chongqing ou encore l’immense bibliothèque du quartier de Shapingba.

Aujourd’hui

Après avoir passé de longues années dans l’ombre du Sichuan, la municipalité de Chongqing est aujourd’hui sous les feux des projecteurs. Plus ou moins ignorée du reste du pays depuis son heure de gloire en tant que capitale de guerre, Chongqing connait un nouveau développement que Pékin souhaiterai prendre en exemple pour entrainer les provinces de l’intérieur jusqu’au succès économique de la côte orientale.

Chongqing se tient ainsi avec l’espoir que son essor économique sortira de la pauvreté les dizaines de bourgades et les centaines de villages qui composent cette ville province.

A Chongqing se côtoient encore les vielles maisons sur pilotis agrippées aux collines, les gratte-ciels et d’énormes projets architecturaux. Cette mixité entre ancien temps et modernité est très intéressante à observer et en fait la richesse culturelle de la ville.

Pour les voyageurs, Chongqing représente désormais bien plus qu’un lieu où patienter quelques jours avant une croisières dans les Trois Gorges. Lieu de découvertes historiques et culturelles, Chongqing et ses alentours ont encore des trésors à faire découvrir comme par exemple les peintures et les sculptures bouddhiques des célèbres grottes de Dazu.

Juchée sur les collines escarpées au confluent du fleuve Yangtsé, et du Jialing, la ville passe la majorité du temps sous une épaisse nappe de brouillard. Il sera tout de même agréable d’apprécier la vue de la ville après une ascension en téléphérique. La nuit, la grisaille disparaît pour laisser sa place aux lumières de la ville projetant une ambiance plus festive. Grâce à un arrêté municipal interdisant l’usage du klaxon, l’ambiance y est plus calme que dans les autres agglomérations chinoises. Pourtant, le relief accidenté ne permet pas l’usage des bicyclettes et ce sont les motos et voitures qui rivalisent pour se frayer un chemin dans les rues encombrées.

En s’éloignant de la ville, des trésors ne sont à pas manquer comme la splendide grotte de Furong, considérées comme l’une des trois plus grandes grottes du monde.

Climat

En Chine, Chongqing est réputée pour deux choses : ses étés torrides et ses pluies le restant de l’année. Emportez un parapluie et préparez-vous à affronter la chaleur et l’humidité dès le mois de juillet. Les températures peuvent y dépasser 40°C et la ville fait partie, avec Wuhan et Nankin, des « trois fournaises » de Chine.

Comment se rendre à Chongqing ?

Avion

L’aéroport Jiangbei de Chongqing situé à 25 km au nord du centre ville est desservi par presque toutes les villes chinoises. Des vols quotidiens proviennent notamment de Chengdu, Kunming, Guangzhou, Wuhan, Pékin et même Hong Kong.

Bateau

Chongqing est l’un des ports intérieurs les plus importants du pays. Son port est la destination finale de nombreux bateaux de croisières qui ont vogué le long du fleuve Yangzi jiang.

Train

Chongqing dispose de l’un des plus grands réseaux ferroviaire de Chine avec une dizaine de lignes principales rejoignant la majorité des grandes villes chinoises. Les trains arrivent à l’immense gare ferroviaire située au sud-ouest de la ville.

Bus

Une grande gare routière près de la gare ferroviaire est desservie par des bus réguliers longues distances en provenance de Pékin ou des provinces voisines dont le Sichuan.

Comment circuler dans Chongqing ?

Chongqing bénéficie d’un très grand réseaux de bus très bien développé qui permet de visiter la ville de part et d’autre sans problème. Certaines lignes seront bien évidemment plus encombrées que d’autres mais il est assez facile de se repérer parmi les bus.

Chongqing est équipé de lignes de métro récentes et modernes dont certaines sont aériennes permettant de découvrir la ville sous un autre jour. Le métro est équipé d’indications en chinois et en anglais.

Langues

A Chongqing vous entendrez parler le Mandarin standard du Sichuan qui est une variante du mandarin. Différent du sichuanais, le mandarin standard du Sichuan est né de la politique de popularisation du mandarin promue par le Gouvernement chinois.

Que faire à Chongqing ?

  • Profiter du calme du temple Arhats ou Luohan Si en chinois et observer les fidèles se prosterner et déposer leurs offrandes devant les statuts bouddhiques.
  • Emprunter le téléphérique au sud de la ville pour traverser le Yangtsé jusqu’à la promenade des anglais et découvrir une vue panoramique sur les buildings de la ville.
  • Se rendre aux grottes de Dazu pour découvrir ses sculptures bouddhiques, qui figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999.
  • Visiter la vieille ville de Ciqikou avec ses ruelles typiques et ses temples bouddhistes.
  • Remonter l’histoire au Mémorial des Martyrs du Mont Gele et découvrir les anciennes prisons Zhazi Dong et Baigongguan.
  • S’émerveiller devant les magnifiques grottes de Furong près de la rivière Yangtsé à 190km de Chongqing.
  • Embarquer pour une croisière sur le Yangtsé pendant 3 jours et découvrir la splendeur des Trois Gorges.

Retrouvez toutes les choses à faire à Chongqing : attractions de Chongqing