Province de Fujian

Fiche Technique

Carte de Fujian

Nom : Fujian

Nom chinois : 福建

Statut : province

Capitale : Fuzhou

Population : 37 740 000 hab. (2013)

Superficie : 121 400 km²

Pays des immortels insaisissables et des impitoyables shetou (« têtes de serpent » ou passeurs), le Fujian est une région de montagnes abruptes, de vallées fluviales et de côtes subtropicales verdoyantes. Alors que les villes côtières pratiquent le commerce depuis des siècles, l’arrière-pays montagneux est resté inaccessible jusqu’à la fin des années 1960, lorsque les communistes ont construit des routes à travers la jungle impénétrable. Le légendaire tigre de Chine du Sud se cacherait encore dans les montagnes les plus reculées.

Fujian n’est peut être pas la région la plus visitée de Chine mais elle renferme tout de même quelques sites d’intérêts comme ses villages emblématiques Hakka avec les maisons tulous ou encore la montagne Wuyi avec sa réserve naturelle et ses impressionnants pics rocheux.

Histoire

Autrefois nommée Min, la province du Fujian, également appelée Foukien en français, fit partie de l’Empire chinois dès la dynastie qin (221-206 av. J.-C.).

Le commerce maritime transforma cette région frontalière en l’un des centres du monde chinois. Sous les dynasties song et yuan, la ville côtière de Quanzhou était l’une des principales escales sur la route maritime de la Soie et exportait toutes sortes de marchandises : textiles, pierres précieuses, porcelaine, etc. Quanzhou accueillait alors plus de 100 000 marchands arabes, missionnaires et voyageurs.

Alors qu’un déclin s’amorçait avec la restriction du commerce imposée par la dynastie ming au XVe siècle, les habitants du Fujian réagirent en émigrant en nombre vers Taiwan, Singapour, les Philippines, la Malaisie et l’Indonésie. Les liens tissés avec l’étranger se perpétuent aujourd’hui et contribuent à la modernité de la province.

Aujourd’hui

Aujourd’hui, le littoral du Fujian reste aussi florissant que les siècles derniers. Fuzhou, la capitale, est une ville moderne hérissée de gratte-ciel qui ne cesse de se développer. Le port historique de Xiamen, bien plus paisible, a su conserver son charme d’antan. Au large, l’ancienne enclave étrangère de Gulang Yu recèle des édifices coloniaux superbement préservés et ses rues piétonnières en font un havre bienvenu après la frénésie de la Chine contemporaine. À quelques encablures, l’île de Jinmen (Kinmen), revendiquée par Taiwan, a été le théâtre de terribles combats entre les communistes du continent et le Parti nationaliste. Dans l’ancienne cité marchande de Quanzhou, la vieille mosquée et le musée de la Marine rappellent que la ville était jadis l’un des plus grands ports du monde.

L’arrière-pays accidenté reste en grande partie inconnu, à l’exception de la station touristique de Wuyi Shan, au nord-ouest, et du mont Taimu, près de la province du Zhejiang. Ces deux montagnes offrent de fabuleuses possibilités de randonnées pour les amateurs de marche à pieds et de plein air. Le sud-ouest de la province, près de Yongding, permet de découvrir les exceptionnelles maisons en terre des Hakka, les tulous, l’une des nombreuses ethnies du Fujian.

Climat

Le Fujian connaît un climat subtropical, avec des étés chauds et humides et des hivers froids et bruineux.

Les températures et l’humidité augmentent de juin à août et peuvent atteindre les 35°C en juillet. Cette période est également la saison des pluies torrentielles et des typhons. On ressource un taux de précipitation entre 350 et 400 mm en moyenne entre les mois de juin et juillet.

L’hiver peut être très rude dans les montagnes même si les températures minimales affichent 5 °C en janvier.

Les meilleures périodes pour visiter la région sont le printemps (mars-mai) et l’automne (septembre-octobre).

Comment se rendre dans le Fujian?

Le train et la route côtière relient le Fujian aux provinces voisines du Guangdong et du Jiangxi. De Xiamen et Fuzhou, des vols desservent Hong Kong et la majeure partie du pays, ainsi que Taipei et Kaohsiung à Taiwan. Des liaisons aériennes relient Wuyi Shan aux grandes villes chinoises, dont Pékin, Shanghai et Hong Kong. L’autoroute côtière longe le littoral de Xiamen à Hong Kong.

Comment circuler dans le Fujian ?

La route côtière bien entretenue facilite la circulation le long du littoral du Fujian. Pour explorer l’arrière-pays, préférez les trains, plus lents, mais plus confortables et plus sûrs que les bus. Des liaisons ferroviaires relient Wuyi Shan à Fuzhou, Quanzhou et Xiamen. Des vols quotidiens circulent entre Xiamen, Fuzhou et Wuyi Shan.

Langues

En raison de sa topographie accidentée, le Fujian possède l’une des plus grandes diversités linguistiques du pays. Les habitants parlent des variantes du dialecte min, qui comprend le taïwanais. Le min se divise en plusieurs sous-groupes : vous entendrez le min du Sud (Minnan Hua) à Xiamen et Quanzhou et le min de l’Est (Mindong Hua) à Fuzhou.

Que faire dans le Fujian ?

  • Partir à la quête de l’immortalité parmi les pics granitiques du mont Taimu, domaine des dieux et des fées taoïstes
  • Faire la découverte du pays Hakka et apprécier l’architecture traditionnelle des célèbres tulous.
  • Admirer la montagne de Wuyi et sa réserve naturelle puis voguer avec les petits bateaux en bambou sur la rivière.
  • Explorer Chongwu, l’une des dernières villes fortifiées de Chine

Les Villes du Fujian