Province du Hainan

Fiche Technique

Carte Hainan

Nom : Hainan

Nom chinois : 海南

Statut : province

Capitale : Haikou

Population : 8 952 800 hab. (2013)

Superficie : 33 920 km²

Le Hainan est une province particulière puisqu’il s’agit d’une île. Très prisée aujourd’hui par les touristes chinois et étrangers, elle a longtemps été tenue à l’écart et ignorée. L’île de Hainan est très vite devenue le nouveau paradis chinois et de fait le lieu de villégiature des nouveaux milliardaires. Ses plages de sable fin offre une vue sur les eaux turquoises et en fait l’intérêt principal de l’île.

Histoire

Depuis l’apparition des premières implantations han sur la côte, il y a quelque 2000 ans, et jusqu’au boom économique ces vingt dernières années, le Hainan a toujours fait figure de parent pauvre de l’empire chinois. Largement ignorée par les dynasties successives, l’île était appelée la « queue du dragon« , lieu aux confins de l’empire où l’on envoyait les hauts fonctionnaires en exil.

Alors qu’elle n’a joué qu’un rôle très secondaire dans l’histoire de la Chine, l’île de Hainan est depuis plus de 2000 ans le pays de l’ethnie li. Méprisés des an, les li menaient une existence de subsistance assez primitive, généralement en autarcie. Ils vécurent ainsi tant que les han restèrent confinés dans leur petites communautés côtières. Des groupes de chasseurs-cueilleurs ont encore été identifiés dans l’intérieur montagneux de l’île dans les années 1930.

La faible présence chinoise dans le Hainan n’est pas surprenante quand on sait que l’île était essentiellement considérée comme un lieu de bannissement pendant la majeure partie du dernier millénaire. Lorsque Li Deyu, Premier ministre de la dynastie tang, y fut exilé, il la qualifia de « porte de l’enfer« . Sa réputation était si mauvaise que seuls 18 voyageurs s’y rendirent de leur propre gré sous les dynasties Song, Yuan et Ming (soit en presque 700 ans). Aujourd’hui, ce nombre correspond au nombre de touristes par minute arrivant sur l’île en pleine haute saison.

A Haikou, un petit mémorial rend hommage à Su Dongqo et Hai Rui, deux autres exilés célèbres. Plus récemment, dans les années 1920, l’île accueillit la première cellule communiste et fut lourdement bombardée puis occupée par les japonais durant la Seconde Guerre mondiale. Les guérilleros Li et Han menèrent une lutte acharnée contre les forces japonaises, mais les représailles furent violentes et un tiers de la population masculine de l’île exécuté. En dépit de leur combat dans les rangs communistes, les li restent de loin, avec une petite communauté de miao, l’ethnie la plus pauvre du Hainan.

En 1988, l’île fut séparée du Guangdong pour devenir une province à part entière, dotée du statut de zone économique spéciale (ZES). Elle s’est alors rapidement transformée en électron libre du marché déréglementé, opérant en marge des lois. Le Hainan connut dès lors un développement effréné, incontrôlé et sauvage, chacun tentant de tirer profit de la marré touristique annoncée. Beaucoup de constructeurs étaient toutefois en avance sur leur temps et les côtes ont longtemps été défigurées par des complexes touristiques inachevés.

Aujourd’hui, le continent réinvestit dans l’île, où l’on peut à nouveau y construire, planter des palmiers et creuser des piscines à un rythme effréné.

Aujourd’hui

Il a fallu plus de 2 000 ans pour que les chinois voient en l’île de Hainan autre chose qu’une « porte de l’enfer » derrière laquelle étaient relégués les dignitaires en disgrâce. L’île a depuis recouvré une excellente réputation, si bien qu’un séjour dans la « Hawaii chinoise » est devenu un signe de prestige.

Profitant directement de la croissance économique chinoise, la plus petite province du pays tire aujourd’hui 80% de ses revenus du tourisme. Et ses visiteurs ne se limitent pas aux chinois de la classe moyenne affublés de chemises bariolées. Les agences de voyage européenne proposent désormais des séjours de rêve à Hainan comme elles le fond sur la Costa del Sol. Un nombre croissant de voyageurs indépendants estime qu’un détour par les meilleures plages de Chine agrémente à merveille leur découverte de ce vaste pays.

À bien des égards, le Hainan évoque davantage l’exotisme de l’Indochine que l’air pollué, les hivers glacials et les foules compactes du continent. Pour le voyageur, c’est l’un des rares endroits où il est possible de rencontrer des chinois détendus et prenant ouvertement du bon temps.

Bien entendu, le paysage ne se limite pas aux cocotiers et au soleil. Les plus intrépides pourront compléter leur séjour par une petite exploration des montagnes du centre de l’île, aux températures modérées et aux forêts épaisses, parsemées de villages li et miao. Les prix sont généralement plus élevés sur l’île de Hainan, mais des réductions très intéressantes sont proposées sur l’hébergement en dehors de la haute saison hivernale.

Climat

Le Hainan se situe à l’extrême sud de la Chine. Sanya, au sud de l’île, est approximativement à la même latitude que Hawaii et Hanoi au Vietnam. Il y fait donc toujours chaud, même lorsqu’il gèle dans le reste de la Chine.

La période la plus agréable se trouve entre les mois de novembre à début mars, lorsque la température se maintient à 21°C. Ces mois sont alors ceux de la haute saison hivernale et connaissent une très forte affluence de touristes sur l’île.

La température moyenne annuelle se maintient autour de 25°C. Les visiteurs sont un peu moins nombreux de mars-avril à octobre-novembre, quand la chaleur et l’humidité peuvent s’avérer étouffantes. Néanmoins, les hôtels proposent pendant cette période des promotions très intéressantes permettant parfois de se faire un petit séjour luxueux pour trois fois rien.

Les typhons balayent le Hai99nan au moins une fois par an, généralement entre mai et octobre. Même si l’île se situe rarement au cœur de la tempête, les liaisons et les communications avec le continent s’en trouvent souvent paralysées.

 Comment circuler sur l’île de Hainan ?

Circuler à Hainan est à la fois simple et bon marché. Trois routes principales relient Haikou à Sanya : l’autoroute de l’est via Wanning et la côte (3 heures seulement en bus) ; la route du centre, beaucoup plus lente, via Qiongzhong et Wuzhishan ; et l’autoroute de l’ouest, moins fréquentée, via Danzhou (ou Nada), Basuo (Dongfang) et Yingehai.

Bus

Les routes sont belles, les liaisons en bus confortables et les départs réguliers, mais la grande majorité des visiteurs rejoignent directement Sanya, grâce à une série de vols domestiques bon marché. Parmi les voyageurs qui arrivent par Haikou, la plupart gagnent Sanya par l’autoroute rapide mais ennuyeuse de l’est. La route centrale, lente mais beaucoup plus intéressante, franchit les montagnes du centre, ainsi que la région des minorités li et miao.

Il existe deux types de bus : les grands bus roses, climatisés, très confortables et faisant peu d’arrêt et les bus verts, non climatisés, qui s’arrêtent régulièrement pour un prix à peine inférieur aux bus roses.

Train

En dépit des voies ferrées héritées de l’époque japonaise figurant sur les cartes et d’un projet souvent évoqué de lignes ferrées qui ferait le tour de l’île, il n’existe aucune liaison utile sur Hainan. Un train relie néanmoins Haikou à Guangzhou.

Scooter

Peu de voyageurs louent des voitures sur l’île mais beaucoup d’entre eux choisissent de louer des motos ou scooter pour environ 100 à 125Y la journée pour faire des excursions à partir de Sanya.

Langues

Il existe plus d’une dizaine de dialectes de Hainan min (lequel porte aussi de nombreux autres noms), dont beaucoup se parlent également dans le Guangdong. En outre, un grand nombre d’habitants parlent le hakka et, bien que les li et les miao connaissent quelques mots de mandarin, ils préfèrent généralement utiliser leur propre langue.

Que faire dans le Hainan ?

  • Surfer sur la longue plage déserte de la baie de Shimei.
  • Déguster les délicieux fruits de mer et assister aux animations du marché n°1 de Sanya.
  • Se détendre dans le cadre idyllique de la baie de Yalong et tester les sports nautiques mis à disposition..
  • Goûter aux quatre spécialités culinaires du Hainan..
  • Arpenter les rues de Lingshui, l’un des plus anciens villages du Hainan et découvrir les vestiges archéologiques d’un port marchand remontant à la dynastie han.

Les Villes du Hainan