Fond gris

HubeiCarte Hubei
 

Que faire dans le Hubei ?

  • Voguer à travers les Trois Gorges, au départ de Yichang
  • Découvrir les rites taoïstes et les paysages époustouflants du Wudang Shan
  • Se promener dans les forêts de Shennongjia, à la recherche du légendaire homme-singe
  • Visiter les splendides édifices historiques du quartier de Hankau, à Wuhan

[one_half]

  • Wuhan
  • Wudang Shan
  • Shennongjia

[/one_half]

[one_half_last]

  • Jingzhou
  • Yichang
  • Yumuzhai

[/one_half_last]

 

Entouré par cinq provinces et la municipalité de Chongqing, au centre de la Chine, le Hubei a depuis longtemps une importance stratégique primordiale. Extrêmement fertile, il est traversé par le puissant Yangzi (Chang Jiang) et ses affluents, qui le découpent en une mosaïque de lacs, de voies navigables et de champs irrigués.

Si les crues du Yangzi ont régulièrement apporté leur lot de dévastations, le fleuve a aussi permis l’existence d’une route commerciale prospère. Il a en outre donné naissance au somptueux panorama des Trois Gorges. Aujourd’hui encore, les touristes convergent vers Yichang pour avoir l’occasion de les apercevoir, considérablement réduites à la suite de la montée des eaux derrière le barrage des Trois Gorges. Le Yangzi garantit l’extraordinaire potentiel hydroélectrique du barrage – la construction la plus controversée du Hubei -, qui pourrait fournir 10% (18 200 mégawatts) des besoins énergétiques de la Chine. Il est aussi convoité par le nord aride du pays, qui envisage d’étancher sa soif inextinguible par un projet de dérivation titanesque sud-nord du fleuve géant.

Une grande partie du Hubei – plus de 70% – dévoile un relief montagneux ondoyant, qui contraint les agriculteurs à sculpter des terrasses dans les courbes du paysage et atténue un peu la chaleur cuisante de l’été. Les 30% restants, à l’est, sont couverts par de basses plaines drainées par le Yangzi et le Han. Elles entourent la dynamique capitale provinciale de Wuhan, une ville gigantesque, qui bouillonne sous des températures écrasantes de mai à août.

En dehors de la capitale, les voyageurs s’enfoncent dans les nuages des pics taoïstes mystiques du Wudang Shan, explorent les superbes paysages de Shennongjia et découvrent l’architecture et la culture de la minorité des Tujia à Yumuzhai, dans le sud-ouest vallonné.

 

 

Histoire

 

L’implantation des Chinois han dans la plaine remonte au 1er millénaire av. J.-C. Après la chute de la dynastie Han de l’Est en 220, les seigneurs de guerre se disputèrent le contrôle du bassin du fleuve Jaune (Huang He) jusqu’aux régions sud-ouest.
D’abord peu assurés, les seigneurs riverains du Yangzi s’unirent et triomphèrent des groupes armés de l’actuel Hubei. Les manoeuvres politiques liées à ces accords et les luttes incessantes aboutirent à la période des Trois Royaumes (220-260).
Vers le VIIe siècle, la région fut intensément colonisée et cultivée et, dès le XIe siècle, produisait du riz en excédent (une réussite agricole qui perdure aujourd’hui). À la fin du XIXe siècle, le Hubei fut la première contrée de Chine intérieure à se lancer dans l’industrialisation à grande échelle.

 

 

Climat

 

Wuhan, la capitale de la province, est surnommée à juste titre « étuve de la Chine ». En juillet et août, la chaleur (souvent plus de 40°C) et l’humidité deviennent insupportables. Les montagnes de l’ouest jouissent d’un climat bien plus tempéré.
La pluviosité, forte dans le sud-est (160 cm par an en moyenne), décroît au nord et à l’ouest (80 cm par an en moyenne). La période la plus pluvieuse s’étend d’avril à juillet.

 

 

Langue

 

Officiellement, le Hubei utilise deux dialectes chinois du Nord : le mandarin du Sud-Ouest et le mandarin du Yangzi moyen et méridional. Cependant, ceux-ci se subdivisent en d’innombrables dialectes locaux. Dans le sud-est de la province, on parle aussi le gàn, un autre dialecte mandarin.

 

 

Transport

 

La construction du nouveau barrage a mis un terme au règne de Wuhan comme escale des ferries accomplissant la croisière des Trois Gorges. Toutefois, les voyageurs qui le souhaitent peuvent toujours rejoindre Chongqing par voie fluviale.
La gare ferroviaire de Wuhan compte parmi les mieux desservies du pays. S’il est aisé de circuler dans l’est du Hubei, le relief déchiqueté de la partie occidentale complique les déplacements.