Province Hunan

Fiche Technique

Carte Hunan

Nom : Hunan

Nom chinois : 湖南

Statut : Province

Capitale : Changsha

Population : 66 906 000 hab. (2013)

Superficie : 211 800 km2

Situé dans la partie centre-sud de la partie continentale chinoise, le Hunan a longtemps été connue pour sa beauté naturelle. Il est entouré par des montagnes à l’est, à l’ouest et au sud, et par le fleuve Yangtze au nord. Son mélange de montagnes et d’eau, en fait l’une des plus belles provinces de Chine. Pendant des milliers d’années, la région a été un centre important pour l’agriculture, la culture du riz, du thé et des oranges.

Histoire

Entre le VIIIe et le XIe siècle, la population du Hunan quintupla grâce au dynamisme de l‘agriculture et aux migrations en provenance du Sud. Sous les Ming et les Qing, la province fut l’un des greniers de l’empire, exportant par bateau d’importantes quantités de riz vers les régions septentrionales démunies.
Au XIXe siècle, la pression démographique commença à peser. La pénurie de terres cultivables et le monopole des grands propriétaires fonciers déclenchèrent une agitation généralisée au sein des fermiers Han et des minorités montagnardes. Cette situation économique de plus en plus dramatique fut à l’origine de la grande rébellion des Taiping, à laquelle succéda le mouvement communiste des années 1920. Les communistes, trouvant auprès des paysans du Hunan un soutien sans faille, se réfugièrent en 1927 dans les montagnes situées à la frontière du Hunan et du Jiangxi.

Aujourd’hui

Le Hunan, pays de la cuisine pimentée et de la pensée de Mao Zedong, a enflammé l’empire du Milieu. Les restaurants de xiongcai (cuisine du Hunan) font pleurer et transpirer les gourmands à travers tout le pays, tandis que des portraits impassibles du Grand Timonier ponctuent le territoire, rappelant qu’une période de ferveur idéologique mena il n’y a pas si longtemps la Chine à deux doigts du désastre.

Les sites communistes sont omniprésents à Changsha et à Shaoshan (lieu de naissance de Mao Zedong). D’autres chefs communistes éminents comme Liu Shaoqi, Peng Dehuai et Hu Yaobang sont aussi natifs du Hunan. Toutefois, on ne peut réduire cette province à son seul passé révolutionnaire car elle recèle aussi des terres fécondes et des paysages parmi les plus séduisants de Chine.

À l’est, à l’ouest et au sud du bassin du Yangzi (et de Changsha) s’étendent des chaînes montagneuses isolées. Le magnifique village miao de Déhang se niche dans un écrin surprenant de cultures en terrasses, de cascades et de pics karstiques qui s’étendent, plus nombreux encore, dans l’extraordinaire parc de Wulingyuan.

Les voyageurs aspirant à une halte bucolique viennent se détendre à Fenghuang, réputée pour sa rivière, ses vestiges historiques et son riche patrimoine architectural. Les visiteurs passionnés par la Chine sacrée escaladeront les pentes du Heng Shan, un grand sommet taoïste où les moines consacrent leur vie à la Voie (le dào).

Climat

Les hauteurs boisées au climat tempéré occupent l’est, l’ouest et le sud du Hunan subtropical. En hiver, dans la moitié nord, la neige tombe et les températures aussi ; dans le sud, où l’on trouve les producteurs d’oranges, les températures sont plus douces. D’avril à juin, le ciel est gris et plombé : la province recueille alors la plus grande partie de ses 125 à 175 cm annuels de précipitations. Chaleur et humidité sont à leur comble en juillet et août.

Le mois le plus chaud est juillet avec une température moyenne avoisinant les 28°C. C’est aussi pendant ce mois que le taux d’humidité est le plus fort après la saison des pluie. Le mois de juillet est très étouffant et donc pas la meilleure période pour visiter la province. Le mois le plus froid est celui de janvier avec une température moyenne chutant à 4°C dans le nord.

Les meilleures période pour se rendre dans le Hunan est de septembre à novembre et au début du printemps.

Comment s’y rendre ?

Le Hunan est une région plutôt bien desservie malgré son reliefs. Les aéroports de Changsha, Zhangjiajie et Huaihua proposent des vols vers l’est, l’ouest et le nord-ouest. Tous les sites du Hunan sont accessibles en train ou en bus et les voies rapides raccourcissent les temps de trajet.

Langue

Le xiang, que parlait Mao, est un dialecte du Nord se subdivisant en six à huit sous-dialectes. Le nombre réduit de consonnes est source de confusion – la différenciation des sons l, n, f et h s’avère particulièrement délicate. La prononciation de certaines consonnes initiales est également remarquable (« j », par exemple, se prononce « z »).
Au sud et à l’ouest de la province, on parle un autre dialecte, le gàn. Quant aux régions frontalières, elles comptent une mosaïque de dialectes locaux et de langues minoritaires défiant toute tentative de classification. La plupart des habitants du Hunan sont des Chinois Han, mais des minorités montagnardes Miao, Tujia, Dong (apparentés aux Thaï et aux Lao) et Yao occupent les régions frontalières.

Que faire dans le Hunan ?

  • Découvrir les paysages somptueux de Wulingyuan dans les montagnes du nord-ouest.
  • Se laisser séduire par le charmant village historique de Fenghuang situé au bord de l’eau.
  • S’extasier devant les paysages fabuleux qui entourent le village Miao de Dehang.
  • Visiter le musée provincial du Hunan à Changsha, où repose la momie de la dynastie Han.
  • Pénétrer la maison natale du président Mao à Shaoshan, lieu de pèlerinage incontournable du communisme.

Les villes du Hunan