municipalité de Pékin

Fiche de Pékin

Carte de Pékin

Nom : Pékin

Nom chinois : 北京 (Beijing)

Statut : Municipalité autonome

Population : 21 150 000 hab. (2013)

Superficie :  16 410 km²

 

Pékin ou Beijing, capitale de la République populaire de Chine, est le centre politique, économique et culturel du pays. Capitale culturelle, Pékin abrite d’innombrables vestiges historiques incontournables. La Cité Interdite, le Temple du ciel, le Palais d’été, la grande Muraille de Chine, les hutongs… Pékin regorge d’attraits touristiques au sein même d’une activité économique grandissante. De la modernité aux architectures historiques des lieux cultes, Pékin est une capitale unique qui a énormément à offrir à ses visiteurs. Lors de votre voyage en Chine, un passage à Pékin ne pourra être que riche en découvertes.

Histoire de Pékin

Si Pékin semble avoir dominé la Chine depuis des décennies, la « capitale du nord« , installée à l’écart du coeur histo­rique de la civilisation chinoise, ne devint une force culturelle et politique déterminante dans l’évolution du pays qu’avec l’occupation mongole, au XIIIe siècle.

Sans sa position stratégique en bordure de la plaine de Chine septentrionale, qui s’étend au sud jusqu’au fleuve Jaune, Pékin ne serait sans doute jamais devenue une grande ville, encore moins une capitale nationale.

Les plus anciens habitats humains, au sud-ouest de Pékin, remontent à quelque 500 000 ans et les premières sources historiques en chinois datent de 1045 av. J.-C. D’anciennes chroniques chinoises évoquent un État de Youzhou (État isolé) parmi les neuf États contemporains du règne du mythique Empereur jaune.

Occupé à plusieurs reprises, Pékin acquit peu à peu le statut de centre politique de premier plan. Avant l’invasion mongole, elle fut proclamée capitale auxiliaire sous les Khitan Liao, puis capitale des Jurchen Jin, qui la transformèrent pour en faire un bastion politique et militaire. Pour la première fois de son histoire, la ville fut entourée de remparts percés de huit portes.

En 1215, Gengis Khan et sa puissante armée réduisirent la capitale en cendres, un désastre qui, paradoxalement, transforma Pékin en la puissante capitale nationale qu’elle est restée depuis, sauf pendant les 53 premières années du règne de la dynastie Ming et les 21 ans de régime nationaliste, au XXe siècle.

En 1279, Qubilaï le petit-fils de Gengis Khan, régnait sur le plus vaste empire que le monde ait jamais connu, avec Dadu pour capitale. Entourée d’une épaisse muraille rectangulaire percée de 3 portes sur chaque côté, la ville était agencée autour des tours du Tambour et de la Cloche, selon un plan d’urbanisme ordonné, encore visible aujourd’hui.

Lorsqu’il s’empara de Dadû, le premier empereur Ming, Hongwu (1368-1398), la rebaptisa Beiping (Paix du Nord) et établit sa capitale plus au sud, à Nankin, dans l’actuelle province du Jiangsu. La cour ne revint à Pékin que sous l’empereur Yongle (1403¬1424). Soucieux de débarrasser la ville de toute trace de « Yuan QI », les Ming rasèrent les fabuleux palais des Mongols ainsi que la Cité impériale, tout en conservant largement le plan de la capitale mongole. Les Ming furent la seule dynastie purement chinoise qui gouverna depuis Pékin.

Durant cette période, les énormes remparts furent réparés et repensés. On considère Yongle comme le véritable architecte de la cité moderne. Bon nombre de monuments emblématiques, comme la Cité interdite et le temple du Ciel, datent de son règne. Une loi interdisant la construction de bâtiments plus hauts que le palais de l’Harmonie suprême de la Cité interdite fit de Pékin une ville d’édifices bas, ce qu’elle demeura jusqu’au XXe siècle. De même, le plan de la ville ne devait plus guère changer jusqu’à aujourd’hui.

Vinrent ensuite les mandchous, qui envahirent le pays au XVIIe siècle, fondèrent la dynastie Qing et préservèrent la ville. Durant le dernier tiers du règne de cette dynastie, Beijing et l’ensemble de la Chine souffrirent des luttes de pouvoir, des invasions et du chaos qui en résulta. Chaque période marqua la ville de son empreinte, sans altérer sa forme ni sa symétrie.

La Pékin moderne connut son avènement en janvier 1949, avec l’entrée de l’Armée populaire de libération. Le 1 er octobre de la même année, Mao proclama l’instauration de la République populaire devant près de 500 000 personnes, place Tiananmen.

À l’instar des empereurs, les communistes modifièrent largement la physionomie de la ville pour en faire un modèle à leur image. On démolit les portiques et on rasa des quartiers entiers pour élargir les principales artères. De 1950 à 1952, les magnifiques remparts disparurent pour faciliter la circulation. Les experts et les techniciens soviétiques affluèrent et ajoutèrent leurs propres touches staliniennes.

Les réformes engagées dans le dernier quart du XXe siècle ont transformé Pékin en une métropole moderne, avec gratte-ciel, élégantes galeries marchandes et échangeurs routiers. Les petits édifices d’antan ont laissé la place à de grands immeubles d’habitation et de bureaux. Depuis quelques années, on assiste à un véritable effort pour rendre la cité plus propre, plus verte et plus plaisante.

Les manifestations qui agitèrent la place Tiananmen au printemps 1989 semblent aujourd’hui bien loin. La capitale semble avoir a embrassé la modernité sans évoluer sur le plan politique : vous ne verrez ni graffitis subversifs, ni affiches sur les murs. Le Parti communiste conserve le pouvoir et la classe moyenne, qui profite du succès économique du pays, paraît s’en satisfaire. La dissidence est contrainte à la clandestinité et s’exprime de manière intermittente sur l’Internet, où elle est poursuivie par une police de la « toile » chargée de gommer tout élément susceptible de nuire à la construction d’une « société harmonieuse ».

Pékin souffre peut-être davantage encore des problèmes environnementaux que de la situation politique. Le souci d’expansion économique rapide, intensifié par la préparation des Jeux olympiques de 2008, a accentué la pression sur un environnement déjà dégradé. Les ressources en eau et en terrain s’épuisent et le désert se rapproche inexorablement de la ville, dont la qualité de l’air devient de plus en plus médiocre.

Aujourd’hui

Depuis les Jeux Olympique de 2008, Pékin a prouvé sa puissance en terme de développement économique. A travers ses nouvelles infrastructures et ses stades au look futuriste, Pékin a imposé sa métamorphose aux yeux du monde entier.

Parc Olympic de Pékin

Au-delà de la place Tiananmen et du palais de l’Assemblée du peuple, une nouvelle révolution architecturale s’achève, propulsant le centre nerveux incontesté du pays au premier plan du XXle siècle. Les visiteurs qui pourraient s’attendre à découvrir un Pékin historique sera surpris de voir un Pékin en plein émergence avec de nouveaux gratte-ciels et des bâtiments très modernes.

Deux millions de voitures circulent désormais sur des auto-ponts et des boulevards monumentaux. Mais le charme d’antan subsiste encore, notamment dans les hutong, ces ruelles typiques où se cachent les maisons traditionnelles à cour carrée. La ville s’enorgueillit aussi de posséder quelques-uns des sites incontournables du pays, comme la Grande Muraille, la Cité interdite, le temple du Ciel et le Palais d’Été.

Hutong -Pékin

Pékin se distingue brillamment dans le domaine de la gastronomie. Le canard laqué est une institution nationale. Il faut se faire un devoir d’y goûter, entre d’innombrables autres spécialités.

Les Pékinois affichent un mélange de zèle et d’enthousiasme, sans se départir d’une certaine décontraction. Ils aiment s’asseoir dans la rue, jouer aux échecs et observer le monde qui les entoure.

Climat

L’automne de septembre à début novembre est la meilleure saison pour visiter Pékin. Le climat est très agréable et les touristes sont moins nombreux. Les habitants de la capitale nomment cette courte période de ciel pur et de brises légères tiangao qishuang littéralement « le ciel est haut et l’air est frais ».

En hiver, nombre d’hôtels offrent des rabais substantiels aux rares visiteurs, mais le thermomètre peut descendre jusqu’à -20°C et les vents du nord renforcent le froid glacial.

Le printemps, sec et plutôt plaisant, amène de plus en plus de nuages de sable de Mongolie-Intérieure et l’électricité statique se manifeste partout. À cette époque, les liuxu (chatons de saules, semblables à des flocons de neige) volent dans toute la ville.

À partir du mois de mai, la température monte et dépasse facilement 30°C. Pékin cuit sous le brûlant soleil estival avec des pics à plus de 40°C au soleil et de violents orages éclatent en fin de saison. Étonnamment, c’est aussi la saison touristique, pendant laquelle les hôtels augmentent leurs prix et la Grande Muraille menace de s’écrouler sous le poids des visiteurs. La ville est très polluée en été et en hiver, même si des efforts sont fait depuis 2008.

Comment se rendre à Pékin ?

Capitale du pays, Pékin est très bien desservie. Le train et l’avion la relient à la plupart des villes chinoises et les bus rallient une multitude de destinations. Pékin est ainsi un bon point de départ pour explorer le reste du pays.

Avion

Des vols directs relient Pékin et la plupart des métropoles du monde.

Vous pouvez acheter les billets des compagnies chinoises opérant depuis Pékin dans les nombreuses billetteries installées dans la capitale et par l’intermédiaire de la plupart des hôtels des catégories moyenne et supérieure. Des tarifs promotionnels sont généralement disponibles si vous vous renseignez.

Vous obtiendrez des informations sur toutes les compagnies à l’aéroport international Pékin Capital. Pour des renseignements sur les départs et les arrivées des vols intérieurs et internationaux. De Pékin, des vols desservent les principales villes chinoises tous les jours et les localités moins importantes, au moins une fois par semaine.

Bus

Il n’existe pas de bus internationaux à destination de Pékin. En revanche, les liaisons nationales longues distances sont nombreuses.

Pékin possède un grand nombre de gares de bus longues distances, implantées en périphérie, en direction des villes qui la desservent.

Train

Les voyageurs arrivent et partent de la gare ferroviaires de Pékin au sud-est de la Cité Interdite, ou de la très grande gare ferroviaire de Pékin Ouest au sud-ouest de la ville. La gare ferroviaire de Pékin possède sa propre station de métro ce qui en facilite fortement l’accès. Les trains internationaux pour Moscou, Pyongyang et Oulan Bator circulent depuis cette gare. Ceux pour Hong Kong et le Vietnam empruntent la gare de Pékin Ouest.

Il existe également des liaisons avec Lhassa au Tibet.

Des trains réguliers depuis les grandes villes de Chine desservent Pékin. Les trains sont le plus souvent équipés de couchettes. Essayez d’obtenir vos billets à l’avance surtout en période de vacances chinoises sinon vous risquez de vous retrouvez sur des sièges durs très peu confortables.

Comment circuler dans Pékin ?

Pékin bénéficie d’un énorme réseau de bus qui parcours toute la ville et sa banlieue. Certaine voies sont d’ailleurs autorisées qu’aux bus évitant ainsi tous les embouteillages quotidiens. Le nom des lignes ne sont indiquées qu’en chinois ce qui peut compliquer la compréhension. Souvent bondés, il vous sera difficile de trouver une place assise. Le bus peut être pratique pour les cours trajets, néanmoins, pour des trajets de longue distance, nous vous conseillons d’opter pour le métro.

Pékin dispose de 16 lignes de métro qui permettent de parcourir la ville facilement et à moindre coût. La plus part des sites touristiques sont desservis par une station, très pratique pour les touristes.

Fiable et rapide, le métro de Pékin a tout de même tendance à se voir vieillissant au regard de celui de Shanghai ou de Guangzhou par exemple.

Métro de Pékin

La carte Yikatong disponible dans certains bureaux des stations permet de voyager en bus ou en métro facilement et de bénéficier de réduction à chaque utilisation. Elle peut s’avérer très utile si vous comptez emprunter régulièrement les transports en commun et si votre séjour s’éternise sur plusieurs semaines.

Le taxi reste également un moyen de transport bon marché mais gare aux embouteillages, si vous êtes pressés mieux vaut trouver un autre moyen de transport surtout en heure de pointe.

Langues

Les habitants de Pékin parlent mandarin et plus précisément le Mandarin de Pékin qui est un dialecte du mandarin. Les deux langues sont très proches mais un chinois fera très aisément la distinction entre un natif de Pékin qui utilise le dialecte et un chinois parlant le mandarin standard.

On parle aussi bien de dialecte de Pékin que de mandarin de Pékin pour définir cette petite distinction.

Que faire à Pékin ?

  • Se réserver une bonne demi-journée pour découvrir la Cité Interdite, grand royaume des empereurs chinois, vestige historique incontournable en plein centre de Pékin.
  • Se balader à pied ou à vélo dans les hutongs, ces ruelles mystiques de l’ancien Pékin.
  • Partir à la découverte d’une des sections de la Grande Muraille de Chine le temps d’une journée.
  • Explorer les jardins impériaux et découvrir le célèbre Palais d’été surplombant le lac.
  • Appréhender l’architecture Ming du Temple du ciel et ressentir l’harmonie cosmique qui s’en dégage.
  • Admirer l’architecture moderne des stades de la place olympique avec le Stade national appelé aussi le nid d’oiseau ainsi que le Centre national de natation surnommé le Cube d’eau.

Retrouvez tous les sites touristiques de Pékin sur la page Attractions à Pékin