province du Qinghai

Fiche du Qinhai

Carte du Qinghai

Nom : Qinghai

Nom chinois : 青海 (Qīnghǎi)

Statut : Province             

Capitale : Xining

Population : 5 777 900 hab. (2013)

Superficie : 721 000 km2

Le Qinghai est la quatrième plus grande province de Chine. Située à la frontière nord-est du Tibet, la région tient son nom du plus grand lac d’eau salée de Chine, le lac Qinghai.
Terre encore peu connue des touristes, elle attire cependant les aventuriers désireux de s’échapper de l’agitation des grandes villes pour se retrouver seule face à une nature surprenante mêlant montagnes, vastes étendues, lacs et vie nomade. Le Qinghai est aussi le refuge de nombreuses ethnies apportant chacun leur culture et tradition d’où le nombre important de monastères tibétains.

Histoire

La route du nord de la Soie traversait ce qui est aujourd’hui la province du Qinghai. En 121Av J.C, la dynastie des Han a établi une base militaire près de Xining pour contrer les raids tibétains sur les caravanes marchandes.

Pendant la dynastie Yarlung, une période de grande expansion de la puissance et de l’influence tibétaine, le Qinghai a été amené directement sous le contrôle de Lhassa. Après l’effondrement de la dynastie en l’an 842, les dirigeants locaux ont rempli le vide de pouvoir qui a suivi, certains agissant comme vassaux de l’empereur de la dynastie Song.

Au 13ème siècle, tous le Qinghai a été engloutit par l’empire Yuan sous Gengis Khan. Pendant ce temps, les Tu ont commencé à se déplacer dans la zone autour de Huzhu, suivie d’un siècle ou deux plus tard par les musulmans Salar de Xunhua.

Après la chute de la dynastie des Yuan, les souverains mongols locales et le dalaï-lama à Lhassa ont lutté pour le pouvoir. Les empereurs Qing ont alors repris le contrôle de la région pour en faire de nouveau une préfecture avec plus ou moins les même limites qu’aujourd’hui. Comme par le passé, le contrôle administratif est resté quant a lui entre les mains des élites locales.

Qinghai est officiellement devenue une province de la Chine en 1929 pendant l’ère républicaine, même si à l’époque il était sous le contrôle du clan Ma musulman. Qinghai a de nouveau été une province en 1949 avec la création de la République populaire de Chine.

À la fin des années 1950, une zone près du lac Qinghai est devenue le centre du programme de recherche sur les armes nucléaires de la Chine. Dans les 40 années qui suivirent, au moins 30 tests ont eu lieu dans une base secrète, la Mine de Qinghai.

En Avril 2010, Yushu, une ville tibétaine au sud ouest du Qinghai, a été dévastée par un séisme de magnitude 7,1. Des milliers de personnes sont mortes, certains disent même que des dizaines de milliers de personnes auraient succombé au drame.

Qinghai aujourd’hui

La province du Qinghai occupe la partie nord-est du plateau Qinghai-Tibet au nord-ouest de la Chine. Elle a longtemps fait partie de la province tibétaine de l’Amdo avant que Pékin ne l’en sépare d’un simple trait sur la carte. Le Qinghai a néanmoins gardé une forte influence tibétaine et arbore pléthore de monastères tibétains.

Peu connu des voyageurs, la province s’identifie souvent par ses goulags et ses bases nucléaires lui offrant un intérêt touristique très limité. Pourtant, le Qinghai est un immense territoire pourvu de paysages spectaculaires avec ses lacs, ses montagnes et ses steppes à perte de vue. Le Qinghai est la terre d’accueil de l’une des montagnes les plus sacrées du Tibet, le Amny Machen ainsi que la source de trois des plus grands fleuves d’Asie : le fleuve jaune, le Yangzi et le Mékong.

L’influence mongole y est aussi assez présente. Vous y verrez alors des troupeaux de yaks par centaine livrés à eux même dans les vastes prairies et pourrez partir à la rencontre des camps de yourtes des nomades perchés sur les étendus de haute altitude.

Le Qinghai jouit d’une mosaïque de groupes ethniques avec les tibétains, les mongols, les salars et les hui, chacun apportant ses croyances et ses coutumes dans une parfaite harmonie.

Pour les voyageurs, le Qinghai ouvre les portes à une Chine encore ancienne où l’avancée économique n’a pas atteint cette partie du pays. Le Qinghai se situe en effet au troisième rang national pour la pauvreté et la vie y est encore très rurale et peu développée. Le conditions de voyages y sont assez rudes et peu pratique surtout au niveau des déplacements. Néanmoins, avec un peu de courage il est possible de découvrir des endroits reculés spectaculaires, de faire des rencontres inoubliables et s’immerger dans la vie nomade et la culture cosmopolite de la province.

Ceux qui auront voyagé dans le Qinghai en ressortiront riche d’expériences inoubliables.

Climat

L’altitude de la province est le point déterminant de son climat. Au nord comme au sud, à l’ouest comme à l’est, le froid et la sécheresse s’impose comme les seuls facteurs climatiques. Toutefois, le soleil est très présent et peut même être dangereux.

Ce climat continental de plateau offre à la province de longues journées ensoleillées, des nuits dégagées très froides et très peu de précipitations.

Le températures peuvent varier entre 36°C et 18°C. Il faut alors prévenir et toujours emmener avec soi de quoi se protéger du soleil ou de la fraicheur.

L’été (juin à septembre) est la meilleure période pour visiter la province. Les prairies sont fleuries, les montagnes et le ciel bleu se reflètent dans les lacs offrant un paysage coloré de toute beauté.

Comment se rendre dans le Qinghai

Le Qinghai est desservi par un réseau ferroviaire depuis la ville voisine de Lanzhou ou alors par la nouvelle ligne controversée qui va jusqu’à Lhassa.

Comment se déplacer dans Qinghai

Le Qinghai s’étend sur un immense territoire, il faut donc compter de nombreuses heures de bus ou de train pour en couvrir une partie. Favorisez les voyages de nuits avec des bus-couchettes plus ou moins confortables.

Le bus est le meilleur moyen de circuler dans le Qinghai, ils desservent a peu près toute la région.

Langue

La majorité de la population parle un dialecte du nord-ouest de la Chine, similaire au Gansuhua. Les tibétains parlent des dialectes amdo ou kham (près du Sichuan).

Que faire dans le Qinghai ?

  • Traverser en train le plateau tibétain de Golmud à Lhassa.
  • Acheter un Thangka, une peinture tibétaine d’un artiste local à Tongren.
  • Admirer la beauté du lac Qinghai, le plus grand lac salé de Chine.
  • Marcher sur les pas des pèlerins tibétains au Mont Amnye Machen.
  • Rejoindre les pèlerins et les moines au monastère de Kumbum.

Les villes du Qinghai ?