Province du Shandong

Fiche du Shandong

carte du Shandong

Nom : Shandong

Nom chinois : 山东 / 山東 (shāndōng)

Statut : province

Capitale : Jinan

Population : 97 333 900 hab. (2013)

Superficie : 156 700 km²

Le Shandong est l’une des provinces les plus peuplées de Chine. Riche en sites touristiques, Shandong est surtout la région natale de Confucius. Un séjour dans le Shandong vous plongera dans l’histoire influencée du monde occidentale, japonais et coréen tout en vous enseignant les principes confucéens. Le Shandong est également une région privilégiée par sa nature qui offre aux touristes des sites pittoresques comme le Mont Taishan ou la baie de Qingdao.

Histoire

La tumultueuse histoire du Shandong remonte aux origines du peuplement de la région, comme en attestent des fragments de poterie noire de la culture de Longshan. La province a souffert des caprices du fleuve Jaune, dont les innombrables crues n’ont cessé de provoquer morts, famines et récessions.
En 1899, le fleuve (surnommé avec justesse le « tourment de la Chine ») inonda toute la plaine du Shandong, après deux sécheresses consécutives. Cette crue faisait suite à une longue dépression économique, à l’afflux soudain de troupes démobilisées en 1895, après l’humiliante défaite face au Japon en Corée, et à l’arrivée de milliers de réfugiés fuyant les calamités qui frappaient le Sud.

Pour couronner le tout, les Européens arrivèrent ; les Allemands prirent le contrôle de Qingdao et les Britanniques obtinrent la concession de Weihai. Leurs activités, dont la construction des voies ferrées et le prosélytisme des missionnaires éveillèrent, selon les Chinois, la colère des dieux et des esprits. Toutes les conditions étaient réunies pour qu’éclate la révolte des Boxers, société secrète chinoise qui anima un mouvement xénophobe à la fin du XIXe siècle. Armés de formules magiques et de sabres, les Boxers furent vaincus par les balles des Occidentaux.

Aujourd’hui, Ji’nan, la capitale provinciale, joue les seconds rôles derrière Qingdao, tout comme les cités côtières de Yantai et de Weihai, en plein essor. Dans l’arrière-pays, les champs pétrolifères de Shengli figurent au deuxième rang de la production chinoise.

Plusieurs personnages illustres sont natifs du Shandong. Confucius, l’enfant du pays, extraordinaire philosophe et théoricien social, y vécut, tout comme Mencius, le maître de la pensée confucéenne. Wang Xizhi, le plus célèbre calligraphe chinois, et Zhuge Liang, haut stratège militaire de la période des Trois Royaumes, en sont aussi originaires, ainsi que la très belle Gong Li, icône du cinéma internationalement adulée, qui a grandi à Ji’nan.

Aujourd’hui

Dans la Chine d’aujourd’hui qui ne craint pas de multiplier les attractions en carton pour complaire aux amateurs de tourisme à sensation, le très septentrional Shandong, dont le nom signifie « Est des montagnes », parvient à conserver toute son authenticité, tout en s’imposant comme l’une des provinces les plus visitées du pays.

Le fleuve Jaune (Huang Hé), auquel les Chinois accordent un caractère mythique, jette ses eaux boueuses dans la mer, au terme d’un périple tortueux entamé dans le massif du Qinghai et traversant le Shandong. C’est également là que se dresse le Tai Shan, le plus vénéré des cinq monts sacrés de Chine, et aussi le plus gravi.

Les voyageurs amoureux de la nature et de la campagne trouveront aussi leur bonheur sur les terres de l’antique village de pierre de Zhujiayu.

Sur la péninsule du Shandong, la cité de Qingdao, qui a accueilli les épreuves de voile des Jeux olympiques de 2008, offre pour sa part un bol d’air frais et un patrimoine architectural unique, héritage de la présence allemande. Avec sa façade tournée vers la mer, le Shandong a toujours été l’une des plus riches provinces de Chine, et par extension l’une des plus convoitées par les puissances étrangères au XIXe siècle.

La région a cependant su garder les pieds sur terre. L’honnêteté et la franchise de ses habitants sont reconnues dans tout le pays, et sa cuisine est à leur image : saine et dépourvue d’artifices. 

Climat

Le Shandong connaît des étés chauds (mai à août) et des hivers froids (novembre à mars). La température moyenne annuelle varie de 11°C à 14°C. Les villes côtières de Qingdao, Yantai et Weihai bénéficient d’étés plus frais et d’hivers plus doux que l’arrière-pays.

Comment se rendre dans le Shandong ?

Ji’nan, Qingdao, Yantai et Weihai possèdent des aéroports, avec des vols internationaux entre Qingdao, le Japon et la Corée du Sud, et entre Yantai et la Corée du Sud.

Des ferries assurent la traversée de Yantai et de Weihai à Dalian et à Inchon en Corée du Sud, tout comme des bateaux, qui desservent aussi différents ports de Corée du Sud.

Bus et trains rallient les provinces proches et lointaines.

Comment circuler dans le Shandong ?

De Ji’nan, carrefour ferroviaire de la province, des trains assurent des liaisons avec toutes les grandes villes du Shandong.

Il existe également un grand réseau de bus qui dessert toute la région.

Langues

La majorité de la population de la province du Shandong sont des Chinois Han. Ils parlent généralement diverses formes de dialectes mandarin tels que Jilu, Jiao Liao et Zhongyuan.

Que faire dans le Shandong ?

  • Gravir le Mont Tai Shan, célèbre montagne taoïste de Chine
  • Visiter la vieille ville fortifiée de Qufu, au cœur du mouvement confucéen
  • Sirotez une bonne bière Tsingtao en bord de mer à Qingdao
  • Flâner dans le village de Zhujiayu, datant de la dynastie Ming

Les Villes du Shandong