province du Sichuan

 

Fiche Technique

Carte Sichuan

Nom : Sichuan

Nom chinois : 四川省

Statut : Province

Capitale : Chengdu

Population : 81 070 000 hab. (2013)

Superficie : 487 630 km2

Le Sichuan qui signifie en chinois « quatre rivières » est la plus grande province du Sud-ouest de la Chine après le Yunnan. Célèbre pour ses grandes forêts, ses refuges de pandas géants et sa cuisine très épicée, le Sichuan est une province très riche à découvrir sans hésiter.

Histoire

C’est seulement en 1986, date à laquelle fut réalisée, à Sanxingdui, une découverte archéologique majeure datant de la culture shu de la fin des Shang, que fut pleinement mesurée l’importance du bassin du Sichuan dans l’histoire chinoise. Contrairement à ce que l’on crut longtemps, le Sichuan, cette terre rude nourrissant un peuple à son image, ne fut jamais véritablement isolé. La région fut le berceau de plusieurs royaumes dissidents, en perpétuel conflit avec l’autorité centrale. Elle fut finalement ramenée sous contrôle et c’est ici que la capitale de l’empire qin fut établie au IIIe siècle av. J.-C., et que le royaume de shu (autre nom de la province) forma un État indépendant durant la période des Trois Royaumes (220-280). Le Guomindang assiégé passa ses derniers jours dans le Sichuan avant de se replier sur Taiwan. Plus récemment, Chongqing s’est séparée du Sichuan quand elle acquit son statut de municipalité, en 1997.

A l’époque des Royaumes combattants (475-221 av. J.-C.), l’ingénieur Li Bing parvint, grâce à son système de barrage, à canaliser la rivière Du (Du Hé) dans la plaine du Chuanxi, assurant ainsi à la province 2 200 ans d’irrigation et de prospérité continues. Cette région fertile eut une place déterminante dans l’unification et la subsistance de la nation. La politique du Grand Bond en avant lui porta pourtant un coup particulièrement cruel : une personne sur dix n’aurait pas survécu à la famine.

En 1975, Zhao Ziyang, gouverneur du Sichuan et premier secrétaire du Parti communiste de la province, joua un rôle moteur dans les réformes économiques et agraires qui réussirent à remettre le Sichuan sur pied. C’est lui qui instaura le système de responsabilité consistant à céder des parcelles de terre aux paysans pour leur usage personnel, contre l’assurance qu’ils vendent une partie des récoltes aux autorités.

Ce système rencontra un tel succès qu’il devint un modèle national et fut ensuite appliqué au secteur industriel. Ceci n’empêcha pas Zhao de connaître un triste sort : secrétaire général du Parti communiste chinois entre 1987 et 1989, il tomba en disgrâce et fut assigné à résidence surveillée à vie pour s’être opposé à l’envoi des troupes contre les manifestants de la place Tiananmen en 1989. Surnommé le « Grenier du Ciel », le Sichuan assurait, en 2006, 10% de la production nationale de céréales, de soja et de porc.

Aujourd’hui

Le Sichuan est une région particulièrement convoitée par les touristes. L’attrait exercé par la région n’est plus à prouver lorsque l’on compte ses innombrables sites classés au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Sa capital Chengdu est le reflet de la Chine jeune et moderne avec son atmosphère agréable et chaleureuse.
La campagne autour de Chengdu est parsemée de villages anciens avec leurs petites ruelles et maison de thé traditionnelles. Les montagnes embrumées font également parties du décors laissant parfois apparaître quelques anciens monastères en bois. Le Sichuan centrale est reconnu dans le monde entier pour être le sanctuaire de très anciens habitants, les pandas géants.

Au nord, le Sichuan se présente d’avantage comme une région alpine avec des vallées et des collines boisées dopées de magnifiques lacs couleur émeraude. Le nord est parfait pour tous les amateurs de randonnées et de plein air.

A l’ouest, l’influence tibétaine prospère toujours sur les hauts plateaux et sommets enneigés des montagnes. Le plateau tibétain est également le berceau de nombreuses voies navigables irriguant le Sichuan. Extraordinairement fertile, ce dernier subvient aux besoins de l’une des populations les plus denses et les plus diversifiées de la planète et nourrit un milliard d’autres bouches.
Grâce à ses forêts (le bois) et d’importants gisements de minerais (le métal), le Sichuan est devenu l’une des provinces les plus prospères du pays et la locomotive de la Chine de l’Ouest.

La cuisine sichuanaise est très réputée en Chine notamment grâce au poivre particulièrement brûlant et omniprésent dans les plats. En 2011, l’Unesco a d’ailleurs reconnu Chengdu comme capitale de la gastronomie.

Climat

Le climat et les températures au Sichuan varient énormément de l’est à l’ouest

Chengdu et l’est de la province ont un climat subtropical à mousson humide, avec des températures qui oscillent entre 3°C et 8°C l’hiver (décembre-février), entre 25°C et 29°C l’été (juin-août). Le plateau du Qinghai, à l’ouest, connaît un intense ensoleillement et de basses températures la majeure partie de l’année, avec des minima de -9°C en hiver et des maxima atteignant tout juste 17°C en été.

La saison des pluies s’étend de mai à septembre avec de très fortes précipitations en juillet et août.

Le printemps s’avère être la meilleure période pour découvrir le Sichuan en évitant les pluies abondantes. Néanmoins, pour profiter pleinement des hauts sommets du sud-ouest, mieux vaut privilégier l’été.

Comment s’y rendre ?

Avion

L’aéroport Shangliu de Chengdu est le plus grand aéroport international du sud-ouest de la Chine. Air China et Sichuan Airlines relient Chengdu à toutes les grandes villes de Chine, ainsi qu’à Lhassa, au Tibet. Actuellement, des vols internationaux desservent aussi Bangkok, Singapour, Hong Kong, Macao, Kuala Lumpur, Katmandou, le Japon, Vienne, Amsterdam et Séoul (d’autres liaisons sont en projet).
L’aéroport de Jiuhuang, dans le nord du Sichuan, est fermé depuis mai 2006 pour des travaux d’expansion qui permettront la desserte d’autres grandes villes chinoises.

Bus

Dans le cadre d’un plan de développement de l’ouest de la Chine, le gouvernement provincial du Sichuan a investi des centaines de milliards de yuans dans les autoroutes depuis le milieu des années 1990. Une voie express relie Chengdu à Chongqing et Lèshan, et la construction des grandes routes devant relier Chengdu à Shanghai, Beihai dans la province du Guangxi, et le Tibet, est en cours (il faut encore une endurance surhumaine pour rallier le Tibet à l’heure actuelle).
Il est possible de se rendre dans le Gansu en passant par Jiuzhaigou et Zoige. Pour accéder au Yunnan, on peut prendre vers le sud soit la direction de Leshan, de l’Emei Shan et de Panzhihua à la frontière, soit opter pour la route Sichuan-Tibet qui rejoint Shangri-la (Zhangdian) en passant par Litang et Xiangcheng.

Train

Chengdu est un noeud ferroviaire important pour le sud-ouest de la Chine. Des trains directs rejoignent notamment Pékin et Shanghai. Les destinations les plus populaires sont Kunming, au Yunnan et Xi’an, au Shaanxi. Le train direct pour Lhassa est de plus en plus emprunté. Pour aller au Gansu, vous devrez transiter par Hanzhong, au Shaanxi.

Comment se déplacer dans le Sichuan ?

L’aéroport de Jiuhuang relie Chengdu à Songpan et Jiuzhaigou. De nouvelles voies rapides font la liaison entre Chengdu et l’est de la région, notamment Lèshan/Chongqing. Les bus de ce côté-ci sont généralement modernes et confortables.
Les trains étaient auparavant lents et irréguliers. Deux lignes à grande vitesse à destination de Mianyang, Lèshan et Chongqing ont heureusement été achevées en 2006.
Dans l’ouest de la province, on ne peut circuler qu’en bus ou en stop. Prévoyez suffisamment de temps, car les routes, comme les bus, demeurent en piètre état.

Langue

Outre le mandarin, parlé par les Han et les Hui, les autres grandes langues du Sichuan appartiennent à la famille tibéto-birmane et sont parlées par les Tibétains et les Yi. Le sichuanais est un dialecte chinois, et sa prononciation, différente de celle du mandarin, est très difficile à comprendre pour ceux qui parlent le chinois standard.

Que faire dans le Sichuan ?

  • Gravir la montagne sacrée de I’Emei Shan, où vous apprendrez à communier avec les singes
  • Parcourir la route Sichuan-Tibet, qui traverse prairies et villages, sur fond de cimes enneigées
  • Admirer les bébés pandas à Chengdu, au Centre de recherche et d’élevage du panda géant
  • S’émerveiller devant le plus grand bouddha du monde, à Leshan
  • Apprécier l’architecture des rues de Langzhong, la ville où se déroulaient les examens impériaux

Top des destinations du Sichuan