rue Barkhor

La rue Barkhor, surnommée « la rue des saints » est la plus importante et la plus ancienne rue de pèlerinage du Tibet. Situé au cœur de la ville de Lhassa non loin du Palais Potala, la rue est le point d’intersection de la culture, du commerce, de la religion et de l’art tibétain.

Vous ne passerez pas à Lhassa sans vous promener dans cette grande rue et vous arrêter sur les nombreux stands de produits locaux. Elle vous plongera au cœur de la vie tibétaine, à la rencontre des tibétains.

Histoire

Le temple Jokhang fut à l’origine de la rue Barkhor. Construit à la demande de la princesse Tristsun, le temple fut l’œuvre du roi tibétain, Songtsen Gampo (617-650 AD) pour abriter la plus importante statue de bouddha Sakyamuni.

En raison d’innombrables pèlerins venus pour se recueillir auprès de la statue de bouddha, une rue fut alors aménagée autour de ce temple pour faciliter la circulation. Très importante pour les bouddhistes, cette statue est le symbole de la suprématie des bouddhas en Chine. C’est pourquoi, cette rue est souvent surnommée « la rue des saints ».

Vu l’importance de la foule qui peuple la place chaque jours, des boutique, hôtels et restaurants s’y sont installés au fil du temps. Ainsi, la rue Barkhor est très vite devenue une rue commerçante très prospère au Tibet.

Aujourd’hui, elle représente deux facettes très importantes pour la ville de Lhassa. Outre la réputation économique de la rue, elle a sue conserver l’importance de son influence dans le monde sur la religion bouddhiste dans cette ville.

Visite de la rue Barkhor

La rue Barkhor renferme, sur plus de 1000 mètre de longueur, des bâtiments commerciaux, des vestiges historiques et d’innombrables édifices religieux liés à la croyance bouddhiste. Décoré par des drapeaux de prière aux couleurs vives flottant dans la brise, presque toutes les constructions qui s’y trouvent se présentent avec une architecture traditionnelle typiquement tibétaine. Elle rappelle ainsi aux visiteurs l’ancienne ville de Lhassa.

Fierté du peuple tibétaine, cette rue est souvent appelée « la fenêtre du Tibet » Très prisée par les touristes, de nombreux locaux viennent y présenter leurs produits artisanaux, des boutiques traditionnelles exposent également des produits typiques tibétains le tout dans une ambiance très animée.

Vous y trouverez facilement des objets datant de l’antiquité comme des pierres précieuses, des tapisseries, des instruments de musiques religieux ou des masques tibétains. En parcourant les boutiques, vous trouverez des porcelaines précieuses, des pièces des monnaies antiques ainsi que des reliques religieuses. Pour vous fondre dans la foule de pèlerins qui piétonne la rue ou encore pour commémorer votre voyage au Tibet, n’hésitez pas à acheter des vêtements de style tibétain ainsi que des drapeaux de prière typiquement tibétains.

La rue de Barkhor représente une valeur très spéciale pour les bouddhistes tibétains. Outre les boutiques, elle abrite des temples bouddhistes, vitrines de la culture tibétaine. C’est pourquoi elle est considérée comme une rue des saints très respectée. Ici les visiteurs pourront comprendre à quel point le bouddhisme est très important pour les tibétains.

Tous les passant dans la rue tournent dans le sens de l’aiguille d’une montre en parfaite harmonie avec la statue de Sakyamuni installée dans le temple Jokhang. Les pèlerins dévoués à la croyance bouddhiste viennent de partout pour se recueillir. Ils effectuent différents gestes reliées à l’adoration des bouddhas comme la prosternation et le chant des sutras. Les observer est une véritable expérience à part entière.

Il est très important aussi de visiter le célèbre Makye Amé qui se trouve dans l’enceinte de lamaserie Tsangyan Giatso. Avec trois étages et des murs colorés en jaune, le Makye Amé vous permet de faire le tour gastronomique des pays avoisinants. On y sert des plats népalais, de la nourriture indienne et sans oublier la gastronomie tibétaine. N’hésitez pas à demander le petit livre réservé au client pour exprimer votre appréciation concernant la nourriture et le service.

Cette rue est le symbole de la croyance locale. Elle renferme de nombreux témoins de l’histoire de la ville de Lhassa.

Comment s’y rendre ?

Vous pouvez prendre le bus local ligne 23, 25, 28 ou 29, descendre à l’arrêt Cuomeilin.

Vous pouvez prendre aussi le bus local ligne 9, 10, 11, 12, 15, 17, 18 ou 19, descendre à l’arrêt Shi Fuyou Baojianyuan.