Introduction aux caractères chinois

Introduction aux caractères chinois

Dans la florissante culture traditionnelle chinoise, l’écriture occupe une place de choix. Fascinante car différente des standards en Occident, elle renferme en elle seule l’histoire et une grande partie de la pensée chinoise. Petite présentation de ce que sont les caractères chinois, souvent appelés «sinogrammes».

En bref

Caractère chinois, ou sinogramme, se dit hànzì en chinois (transcription phonétique pinyin). Cela signifie l’écriture des Hans, l’ethnie majoritaire en Chine.

  • 漢字 chinois traditionnel
  • 汉字 chinois simplifié
  1. Le terme «sinogramme» est l’invention de Delphine Weulersse et Nicolas Lyssenko, de l’Université de Paris VII -Tous les caractères chinois ne sont pas des idéogrammes, il existe certaines composantes phonétiques au sein de plusieurs sinogrammes.

  2. Communément, on attribue à Cang Jie (vers -2650 avant JC) la création des caractères chinois à travers l’observation de la nature. La légende le présentait avec quatre yeux. Une autre tradition attribue la création des sinogrammes au légendaire Fuxi, personnage mythique vu comme le père de la civilisation chinoise et le créateur du Yijing, le Classique des Changements.

  3. Avec la calligraphie, art vu comme l’égal de la peinture en Chine, l’écriture de caractères chinois peut prendre un côté artistique voire méditatif. On accorde à cette discipline de nombreuses vertus pour la santé et notamment le développement cérébral.

Une place centrale dans le patrimoine chinois

Peut être plus que pour tout autre civilisation, l’écriture occupe une partie centrale dans le patrimoine historique et culturel chinois. Il est cependant difficile d’en expliquer l’origine, trop ancienne et sujette aux légendes.

La seule chose certaine, c’est que ce système composé de caractères (ou sinogrammes) est à la fois l’un des plus anciens (si ce n’est le plus ancien) à avoir vu le jour, et qu’il est aujourd’hui unique au monde.

Les sinogrammes, une origine lointaine et un rôle unificateur

Depuis leurs formes primitives, les caractères chinois ont beaucoup évolué. A quand remonte les premières versions de signes ?

Les traces les plus anciennes nous font revenir 6000 ans dans le temps. Les traces laissées sur des os d’animaux et carapaces de tortues restent la version archaïque la plus célèbre des sinogrammes. Avec le temps, la forme des caractères a évolué dans un sens purement pratique, et donc une simplification, dont la dernière étape fut la réforme de Mao Zedong adoptée en 1958. A noter que celle-ci ne fut pas appliquée partout, ainsi Macao, Taïwan et Hongkong conservèrent l’écriture dite traditionnelle.

Dans l’Histoire chinoise, l’écriture occupe une place de choix qui lui a sans doute offert sa survie jusqu’à nos jours : grâce à l’absence de liens entre l’écriture et la prononciation, les sinogrammes sont devenus un parfait moyen d’unification linguistique au sein de l’immensité du territoire chinois.

C’est le premier Empereur des Qin, Qin Shihuangdi, qui après avoir conquis les autres royaumes et ainsi unifié le pays, décida d’en faire de même avec l’écriture : l’objectif était clairement de consolider le pouvoir central. De grands moyens administratifs furent employés dans cette optique. 

Le résultat est encore visible aujourd’hui en Chine : malgré de grandes différences de langues orales, l’ensemble du peuple chinois partage le même système d’écriture, ce qui facilite bien des choses en termes de communication.

Des idées plutôt que des sons

En effet, basés avant tout sur des pictogrammes et idéogrammes, les caractères chinois évoquent des sens et des idées (avec parfois un élément phonétique associé), là où les systèmes d’écriture des autres langues transcrivent des sons. Même l’écriture japonaise, que l’on pourrait penser équivalente à sa voisine chinoise, emprunte des sinogrammes tout en laissant une place importante à des signes phonétiques, les kanas.

Les autres écritures qui furent similaires, comme les hiéroglyphes égyptiens, n’ont pas survécu à l’épreuve du temps et ont laissé place aux alphabets phonétiques, où écriture et prononciation vont de pair.

Mondialement célèbres et pourtant souvent méconnus

Incontestablement, les caractères sont l’un des aspects les plus fascinants et célèbres de la culture chinoise. Mais paradoxalement, ils en sont également l’une des caractéristiques les plus méconnues par les profanes.

On a tendance à penser que les sinogrammes sont l’un des aspects les plus difficiles à maîtriser dans l’apprentissage de la langue de Confucius. Or, d’après les experts, l’apprentissage des caractères (hanzi en mandarin) n’est pas un passage si compliqué dans l’étude de cette langue que ne l'est la maîtrise des quatre tons.

Si un travail est nécessaire afin d’en mémoriser un maximum, les caractères d’écritures chinois sont constitués d’une manière logique. Comprendre cette logique, c’est augmenter sa capacité d’assimilation.

Il existe plus de 50000 sinogrammes, ce qui implique que la majeure partie des sinisants n’en connaît qu’une partie infime. Il est même improbable qu’un expert de la langue chinoise, aussi érudit soit-il, en connaisse à peu près la totalité.

Ce qui n’est a priori pas un problème de taille car seulement 3000 sont dits «usuels» : les connaître permet de comprendre 99% du contenu de la presse et de la littérature en Chine...

NOS CIRCUITS
Lie a ce conseil de voyage
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$

Bonjour

Je suis Ingrid de "Terres de Chine". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.