La Grande Muraille de Chine, symbole de la démesure chinoise

La Grande Muraille de Chine, symbole de la démesure chinoise

13 juin 2019

Si vous allez en Chine, en particulier à Pékin, la Grande Muraille est un site touristique à ne pas manquer. A lui seul, il symbolise la richesse et la grandeur de la civilisation chinoise, et constitue le plus grand ouvrage d'architecture militaire au monde.

La Grande Muraille (长城 ; pinyin : Chángchéng ; littéralement la «longue muraille»)

A noter :

  • Il se dit que 10 millions d'ouvriers seraient morts pendant la construction de l'édifice, et auraient été enterrés dans ses environs.
  • La Grande Muraille est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1987

Un symbole chinois

Symbole de la Chine et lieu touristique incontournable, la Grande Muraille est souvent assimilée aux constructions de la dynastie Ming, dans les environs de Pékin, où de nombreux visiteurs affluent chaque jour.

Dans les faits, cette partie de l'édifice ne constitue que l'une de ses parties les plus récentes. La Grande Muraille n'est pas en effet une seule construction mais un ensemble de fortifications militaires érigées, détruites, reconstruites ou restaurées à plusieurs reprises en différents endroits du territoire chinois.

Les premières parties, les plus anciennes remonteraient au Ve siècle avant notre ère, seraient l'oeuvre d'état et royaumes indépendants avant la première unification de la Chine. Les derniers ajouts ou retouches auraient eu lieu au XVIe siècle sous les Qing, la dernière dynastie impériale.

Une construction militaire inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO

Le but premier de ces constructions était donc militaire : défendre leurs frontières pour les différents états qui constituaient alors la Chine, puis mettre un frein à la menace des peuples nomades Xiongnu, au nord, après la première unification.

La partie originelle de la Grande Muraille, si l'on prend pour point de départ les travaux entamés sous la dynastie Qin, se trouvait bien plus au nord que le site touristique actuel.

La longueur totale des édifices de la Grande Muraille atteindrait 6700 km, ce qui lui vaut le surnom de « La longue muraille de dix mille li » (萬里長城, wàn lǐ chángchéng). Li est l'unité de longueur des Chinois, 6700 km équivaut à plus de 13 000 li, et sachant que 10 000 symbolise l'infini, l'appellation signifie que la Grande Muraille est interminable.

Mais contrairement à ce qu'avaient laissé entendre certaines rumeurs et légendes, la titanesque construction n'est pas visible à l'oeil nu de l'espace. Néanmoins, elle reste la plus grande structure architecturale construite par les êtres humains en termes de longueur, surface et masse.

Depuis 1987, elle a été inscrite dans le patrimoine mondial de l'UNESCO.

  La Grande Muraille de Chine, symbole de la démesure chinoise  

L'histoire de la Grande Muraille

On a coutume d'appeler aujourd'hui «Grande Muraille» les fortifications militaires construites sous la dynastie Ming, cependant, d'autres murailles ont été construites sous plusieurs dynasties antérieures.

Le réel moment fondateur se tiendrait autour de l'unification de l'empire par la dynastie Qin en 221 avant notre ère. Auparavant, lors de la période des Printemps et Automnes puis celle des Royaumes Combattants, les différents royaumes et états érigeaient des murs en terre pour démarquer leurs frontières et les protéger.

Sous les ordres de Qin Shihuangdi

Après la première unification de la Chine, l'empereur Qin Shi Huangdi lança la construction d'une grande muraille pour défendre la frontière nord face aux tribus barbares telles les nomades Xiongnu. L'ouvrage aurait été réalisé sous les ordres du général et architecte Meng Tian, et il devait être un moyen de séparer le monde civilisé, la Chine, des barbares...

La seule source à ce sujet rest le Shiji (ou Mémoires historiques) de Sima Qian. Aucune information exacte n'est donnée quant aux dates de construction et son tracé, mais de nombreux historiens estiment que l'architecte n'a pas construit sur du neuf, restaurant et liant plutôt des ouvrages antérieurs.

C'est de cette oeuvre colossale qu'est vraiment né la légende de la Grande Muraille, qui aurait été construite des mains de milliers d'hommes, soldats, condamnés ou simples paysans et ouvriers. Le nom «Mur de dix mille li » vient de cette époque.

Règne de l'empereur Wudi, le second âge d'or de la Grande Muraille

Après la mort de Qin Shi Huangdi, la dynastie Qin va rapidement céder la place à celle des Han, fondé par Gaozu.

L'entretien de la Grande Muraille est alors quasiment abandonné, le nouvel empereur préférant faire face à la menace Xiongnu par des traités de paix (et la politique du Heqin) plutôt que par la guerre.

Sous l'empereur Wendi (-180 à -127), de petites colonies militaires vont néanmoins être placées aux frontières et se protéger avec des petites murailles afin de coloniser le nord de l'empire et gêner les Xiongnu dans leurs incursions.

Pendant le long règne de Wudi, la politique conciliante envers les Xiongnu fait place à une attitude offensive. En plusieurs expéditions, les Barbares sont repoussés jusqu'en Mongolie intérieure.

L'empereur fait restaurer et reconnecter des morceaux de la Grande Muraille des Qin, l'étendant sur ce qui est devenu la route de la soie. Une nouvelle section de la Grande Muraille, de 400 km de long, est même construite en Mongolie intérieure, dans le désert de Gobi.

Chaque fortification est à l'époque construite selon les matériaux disponibles sur place. Le règne de Wudi s'avère finalement être une grande période de développement pour la Grande Muraille.

Par la suite, l'état des constructions ou restaurations dépend de l'ampleur de la menace Xiongnu ou alors des situations internes en Chine. Lorsque l'empire est divisé notamment, l'usage des grandes murailles est délaissé.

Après une longue période durant lesquelles plusieurs dynasties n'utilisent pas vraiment cette stratégie, l'établissement de Murailles est remis au goût du jour par les Ming, afin de canaliser les tribus mongoles et mandchoues du nord.

Les matériaux utilisés sont alors majoritairement constitués de briques et pierres, et les Mongols se faisant menaçant, la dynastie investit beaucoup d'efforts dans le développement et la restauration de ses édifices défensifs.

Par la suite, le monument va prendre sa forme actuelle sous le règne des souverains mandchous Qing. Pendant la Révolution Culturelle (1966-1976), la Grande Muraille sera prise pour cible car considérée comme un vestige du pouvoir impérial. Il en résultera des actes de vandalisme qui ont endommagé certains endroits de la muraille.

Architecture : la plus grande construction humaine

  La Grande Muraille de Chine, symbole de la démesure chinoise  

Plus grande construction humaine au monde, la Grande Muraille s'étend aujourd'hui sur près de 6700 kilomètres. Cependant, de nombreuses sections sont aujourd'hui enfouies sous terre, d'autres menacées par l'érosion (avec les tempêtes de sable) ou tout simplement l'activité humaine.

En moyenne, la largeur de la Muraille oscille entre 5 et 7 mètres de largeur, 5 et 17 mètres de hauteur. Elle s'organise par étages, et possède des bastions et tours de guet disposés à intervalles réguliers et sur les lieux stratégiques.

À l'époque où son usage militaire était essentiel, les différents postes de surveillance communiquaient par l'intermédiaire de signaux de fumée.

Un lieu touristique incontournable en Chine et à Pékin

Des nombreux lieux touristiques chinois, la Grande Muraille s'impose sans la moindre contestation possible comme le plus célèbre, devant le Palais d'été, la Cité Interdite ou Tian Anmen. S'il existe différentes parties à visiter, la plus célèbre reste celle située en périphérie de Pékin, nommée Badaling.

Les quatre passes les plus fréquentées sont Juyongguan (la passe septentrionale dont la partie nord est Badaling), Xifengkou, Jiayuguan (extrémité ouest) et Shanhaiguan (extrémité est).

Géographie de la Grande Muraille

La Grande Muraille s'étend de Shanhaiguan sur le territoire de la ville de Qinhuangdao (province du Hebei) à l’est jusqu'à Jiayuguan dans la province du Gansu à l’ouest. Au nord, elle s'étend de Pékin jusqu'au désert de Gobi.

De nombreuses provinces du nord de la Chine comptent en leur sein une partie, au moins ancienne, de la Grande Muraille : Liaoning, Hebei, Shanxi, Mongolie intérieure, Gansu, ainsi que les villes Tianjin et Ningxia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Ingrid de "Terres de Chine". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H