Sun Zi, le génial stratège

Sun Zi, le génial stratège

06 août 2019

Auteur présumé de «L'art de la guerre», Sun Zi est l'incarnation d'un idéal chinois : le stratège idéal. Sa pensée a grandement influencé la Chine et tout l'Extrême Orient avant de conquérir la planète entière... Son enseignement, initialement destiné à la guerre, s'avère encore aujourd'hui pertinent dans un grand nombre de situation de la vie courante...

Sun Zi (孫子Sūn Zǐ)

Autres transcriptions : Sun Tzu, Souen Tseu

Général et grand stragère militaire chinois qui aurait vécu à l'époque des Printemps et Automnes (dates présumées : 544–496 av. J.-C.)

Auteur généralement accepté de «L'Art de la guerre», le plus ancien et brillant traité de stratégie militaire connu dans le monde.

À noter

Le nom Sun Zi signifie maître Sun, et pourrait n'être que posthume. Le nom d'usage réel du personnage, s'il a vraiment existé, était Sun Wu (孫武 Sūn Wǔ). Le caractère Zi est donc une sorte de titre honorifique comparable à ce qui a été fait pour d'autres figures importantes de l'histoire chinoise : Lao Zi, Confucius (Kong Zi) ou encore Mencius (Meng Zi).

Présentation générale

Même si son existence n'est pas certifiée, Sun Zi est traditionnellement présenté comme un formidable général et stratège militaire du Ve siècle avant J.C. (544 à 496 avant JC). A ce titre, il était régulièrement amené à s'entretenir avec les responsables de l'état qu'il servait, celui de Wu...

Auteur présumé de «L'Art de la guerre», Sun Zi aurait donc vécu à l'époque des Printemps et Automnes (722 à 453 avant J.C.), bien que certaines sources le présentent comme contemporain de l'époque des Royaumes Combattants, en raison des anachronismes apparents dans le célèbre traité d'art militaire.

Son ouvrage, «L'Art de la guerre», montre qu'il considérait le conflit militaire comme une phase inévitable dans la vie d'un état, et qu'il fallait donc être prêt à y faire face pour rétablir la paix au moindre coût.

L'impact des idées de Sun Zi dans l'histoire et la culture chinoise (voire asiatique) est très profond : aujourd'hui encore, il influence la stratégie des militaires, dirigeants politiques, hommes d'affaires ou encore chefs d'entreprises chinois.

Ce rayonnement des idées de Sun Wu a rapidement conquis l'Asie, en particulier le Japon, avant de s'imposer également en Occident, principalement à partir du XIXe siècle de notre ère. Napoléon ferait partie des figures historiques les plus célèbres à s'être inspirées des idées du stratège chinois.

Celui-ci n'apparaît pas comme un idéaliste faisant la guerre pour l'honneur, mais plutôt comme un homme réaliste et pragmatique cherchant à tirer avantage de chaque situation. Il est fort probable que la figure de Sun Zi ait inspiré des personnages très célèbres de la littérature chinoise, comme les tacticiens Wu Yong et Zhu Wu (roman «Au bord de l'eau») ou Zhuge Liang et Zhou Yu («Roman des trois royaumes»).

Une chose est aujourd'hui certaine : Sun Zi et ses idées sont nées en Chine. Mais de par leur portée, l'un comme l'autre sont aujourd'hui part intégrante du patrimoine mondial.

L'oeuvre de Sun Zi : L'art de la guerre ou Sun Zi Bingfa

孫子兵法 Sūn Zǐ Bīng Fǎ

  Sun Zi, le génial stratège  

Sun Zi est l'auteur présumé du célèbre ouvrage de stratégie militaire intitulé «L'Art de la guerre» (ou parfois simplement Sun Tzu), qui malgré son ancienneté fait encore figure aujourd'hui de manuel de référence.

L'Art de la guerre a pour but d'aider ceux qui utilisent ses principes à remporter une guerre de la manière la moins coûteuse possible : il s'agit donc d'éviter la guerre si cela est possible, et de trouver les moyens pour y mettre fin le plus rapidement possible dans le cas contraire.

Le principe premier de «L'Art de la guerre» est que le conflit ne profite à personne, mais que si celui-ci est inévitable, il doit être préparé dans les moindres détails pour s'assurer de la victoire : connaître le terrain, le temps et l'ennemi.

De nombreux procédés sont présentés, comme l'espionnage, les ruses de toutes sortes. Sun Zi indique même que parfois le succès réside dans la patience et le fait de savoir quand on n'a aucune chance de gagner (éviter le conflit) et quand on en a toutes les chances (moment opportun pour lancer une offensive).

Les idées de «L'Art de la guerre» s'avèrent relativement subtiles, puisqu'il parle de comment utiliser le terrain à son avantage, des stratégies à mener aussi bien sur le front que sur les arrières, de la diplomatie entourant les situations de guerre...

L'ouvrage évoque notamment l'importance des relations humaines dans la gestion d'une bataille :

  • la justice et la rigueur sont indispensables afin de garder l'obéissance des soldats
  • le général doit avoir le courage de suivre ses convictions même si cela implique aller à l'encontre des ordres de son souverain s'il estime celui-ci dans l'erreur
  • respecter le peuple civil qui soutient l'effort de guerre, mais aussi les population de l'ennemi

Sans décrire des situations précises, L'Art de la guerre aborde la plupart des aspects imaginables pour les conflits de son époque. Certains de ces principes résistent à l'épreuve du temps : ils s'avèrent adaptables à la réalité de notre époque et utilisables dans de nombreux contextes autres que celui de la guerre (relations humaines, affaires...).

Les principes évoqués par le livre prônent une grande flexibilité afin de s'adapter au caractère changeant des situations, ainsi qu'un grand pragmatisme pour savoir établir des alliances efficaces. Chose encore plus remarquable, la guerre n'y est pas une question de haine et de destruction : il s'agit de remporter la victoire, et dans cette optique, transformer son ennemi en ami est largement plus intéressant que de le détruire...

Qui parle de Sun Zi ?

Les principales sources sur Sun Zi sont le «Shiji» (ou Mémoires historiques) de Sima Qian, et «Printemps et des Automnes des Royaumes de Wu et de Yue» de Zhao Ye.

Sun Zi aurait vécu à la période des Printemps et Automnes, pendant laquelle il était au service de l'Etat de Wu, sous le règne du roi He Lü, bien qu'il soit né dans l'Etat de Qi. A l'époque, sept grands états s'affrontaient pour réaliser l'unification de la Chine : Zhao, Qi, Qin, Chu, Han, Wei et Yan.

Sun Zi, ou plutôt Sun Wu, fut un véritable héros de la période, et ses nombreuses victoires militaires l'auraient encouragé à écrire son traité de stratégie militaire. La puissance et la profondeur de l'ouvrage pourraient donc s'expliquer par le fait qu'il s'agit de théories confrontées à l'épreuve du terrain, sur lequel elles ont fait leurs preuves. Il est d'ailleurs dit que Sun Zi aurait mis sur pieds la célèbre attaque de l'Etat de Wu contre celui de Chu...

Sun Zi, un personnage réel ou fictif ?

Si «L'Art de la guerre» est un livre de renommée internationale, on n'est pas très certain de sa paternité, un phénomène courant quand on traite de la Chine ancienne. Si Sun Zi est communément présenté comme l'auteur du livre, il est avant tout un personnage mythique plus que réellement historique.

Ceux qui doutent de la réelle existence de Sun Zi s'appuient sur l'absence de ce dernier dans plusieurs sources historiques d'époque comme le Zuo Zhuan, et sur certains anachronismes qui tendent à présenter «L'Art de la guerre» comme écrit à l'époque des Royaumes Combattants.

Un autre problème a été posé par la confusion entre Sun Zi et Sun Bin, un autre personnage, de l'époque plus tardive des Royaumes Combattants.

Mais la découverte, dans deux tombeaux Han, d'un livre intitulé «L'art de la guerre de Sun Bin», nous a prouvé que Sun Zi et Sun Bin étaient bien deux individus différents. Le second serait probablement un descendant du premier, si celui-ci a réellement existé.

Comme pour d'autres oeuvres classiques chinoises, «L'Art de la guerre» de Sun Zi aurait également pu être rédigé à titre posthume par des disciples directs ou indirects : une telle hypothèse justifierait que l'ouvrage ressemble à un texte de la période des Royaumes Combattants, source de confusion avec Sun Bin.

Les principales doutes sur la véracité historique de Sun Zi sont nés de la difficulté à déterminer ses dates de vie, et aussi des anachronismes et inexactitudes du texte «L'Art de la guerre» par rapport à l'époque où il est censé avoir été rédigé.

L'influence de Sun Zi sur les grands de ce monde

Le premier empereur de Chine, Qin Shi Huangdi, aurait porté une très haute estime envers «L'Art de la guerre», selon lui un outil indispensable pour mettre fin aux différents conflits et assouvir ses ambitions unificatrices...

L'ouvrage est également devenu une référence au Japon, où il était très apprécié dans la caste des Samurais. En France, Napoléon lui-même aurait lu avec intérêt «L'Art de la guerre», mais sans porter attention à tous les détails comme l'importance des facteurs temporels tels le climat, ce qui explique pour certains sa défaite en Russie.

Plus proche de notre époque, Mao Zedong aurait placé une partie du mérite de la victoire des Communistes face aux Nationalistes en 1949 sur les principes de L'Art de la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Ingrid de "Terres de Chine". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H